Solution de gestion de patrimoine
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Les OPRN : Protecteurs Essentiels contre les Risques Naturels

Les Ouvrages de Protection contre les Risques Naturels (OPRN) sont des infrastructures vitales visant à atténuer le risque en agissant directement sur les phénomènes naturels, réduisant ainsi le caractère aléatoire, comme les inondations et les chutes de blocs. Ces ouvrages, englobant divers aménagements tels que les écrans pare-blocs ou les digues, jouent un rôle essentiel dans la résilience des communautés face aux aléas climatiques. La gestion adéquate des OPRN au sein d’une collectivité est cruciale pour assurer la sécurité des habitants, la préservation des terres agricoles, et la sauvegarde du patrimoine local. 

On distingue deux types de dispositifs de protection : actifs et passifs. Les dispositifs actifs interviennent directement à la source des aléas pour réduire la probabilité de leur déclenchement, comme les systèmes de filets pare-blocs sur les pentes rocheuses instables. Les dispositifs passifs, quant à eux, limitent les conséquences de l’aléa une fois qu’il s’est produit. Par exemple, un système d’endiguement dirige les écoulements pour limiter les débordements d’eau (inondations) vers les zones habitées. 

Importance stratégique et enjeux de gestion des OPRN 

Au cœur de chaque région, la gestion des Ouvrages de Protection contre les Risques Naturels (OPRN) revêt une importance stratégique capitale, nécessitant une vigilance constante, des mesures préventives et une planification méticuleuse. 

Les enjeux rencontrés par les collectivités autour des OPRN sont multiples. Tout d’abord, il y a l’aspect de la sécurité publique, car ces ouvrages visent à protéger les populations locales et à réduire les risques pour leur sûreté. Ensuite, les dommages causés par les catastrophes naturelles peuvent entraîner des pertes financières considérables pour les individus, les entreprises et les gouvernements locaux. L’entretien des OPRN nécessitent des ressources financières et humaines importantes, ce qui peut représenter un défi pour de nombreuses collectivités. Enfin, il y a aussi des enjeux environnementaux à considérer, car certains ouvrages de protection peuvent avoir des impacts sur les écosystèmes locaux et la biodiversité, nécessitant une planification et une gestion attentive pour un meilleur impact.  

Comment les collectivités parviennent-elles à équilibrer ces impératifs tout en garantissant une approche proactive pour assurer la protection des communautés locales ? 

Digitalisation pour une gestion optimale des OPRN 

Une approche pour maîtriser le risque lié aux dispositifs contre les risques naturels serait d’allier le digital à la gestion et l’entretien des OPRN au sein de la collectivité.  

En utilisant des outils de gestion patrimoniale tels que Beyond Asset, le département en charge du risque naturel a la possibilité de centraliser tout son travail relatif aux OPRN. En premier lieu, collecter l’information et recenser les ouvrages, existants ainsi que les nouveaux dispositifs mis en place, devient simple et plus accessible. Une approche adaptée et souple pour le renseignement de leur décomposition et de leurs données géographiques, structurelles et techniques est nécessaire. En second lieu, avec un module cartographique, une vue plus globale de la zone à risque ainsi que les OPRN mis en place permet de faciliter la navigation dans son territoire et d’avoir une vision stratégique d’ensemble. Enfin, le suivi digital des inspections et des entretiens permet une gestion proactive, identifiant rapidement les points de fragilité et planifiant les travaux nécessaires. 

La collectivité, en mesure de centraliser la gestion de ses OPRN, garantit alors une planification adéquate de travaux, tout en maîtrisant ses risques et son budget de manière plus efficiente.  

Une solution ergonomique, respectueuse des politiques de gestion et favorisant la collaboration entre les parties prenantes, offre une réponse moderne aux défis actuels liés aux risques naturels, renforçant ainsi la résilience des territoires. 

Partager cet article :